Finalistes pour le Prix littéraire du Gouverneur général 2014

Finaliste-SCEAUCOMMUNIQUÉ

Pour diffusion immédiate

(Version PDF)


Prix littéraires du Gouverneur général 2014

CATHERINE FERLAND ET DAVE CORRIVEAU FINALISTES
POUR LEUR LIVRE LA CORRIVEAU


Crédit photo: Dominic Champagne

Crédit photo: Dominic Champagne

Québec, le jeudi 9 octobre 2014 – Le livre La Corriveau, de l’histoire à la légende de Catherine Ferland et Dave Corriveau est finaliste pour le Prix littéraire du Gouverneur général 2014, catégorie Essais.

Dans ce livre, Catherine Ferland et Dave Corriveau se sont livrés à une minutieuse enquête pour rétablir la véritable histoire de Marie-Josephte Corriveau, mais se sont aussi attachés à retracer la trajectoire de la légende elle-même, ainsi que ses nombreux émoluments dans la culture populaire à travers les arts et la littérature, du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours. Paru en mars 2014 aux éditions du Septentrion, le livre La Corriveau, de l’histoire à la légende connaît un grand engouement auprès des lecteurs et un beau succès en librairie.

Les deux historiens, complices dans l’écriture comme dans la vie, sont résidents du quartier Les Saules à Québec.

Le livre finaliste pour le prix du GG

Les Prix du Gouverneur général sont un concours annuel visant à récompenser les meilleurs auteurs et créateurs canadiens. Les ouvrages ont été sélectionnés par un jury d’écrivains, de critiques et de spécialistes. Tous les finalistes se méritent une bourse de 1000$ en reconnaissance de l’excellence de leur travail. L’annonce de l’ouvrage gagnant se fera le mardi 18 novembre 2014 à 10h HNE. Le grand prix de 25 000$ sera remis lors d’une cérémonie à Rideau Hall, résidence officielle du Gouverneur général du Canada à Ottawa, le mercredi 26 novembre 2014. Les auteurs et créateurs récompensés participeront aussi à plusieurs activités médiatiques.

La Corriveau, de l’histoire à la légende, Catherine Ferland et Dave Corriveau, Septentrion, 392 p., 29,95$, ISBN 9782894487686.


 À propos des auteurs

Catherine Ferland est historienne, auteure et conférencière. Elle a écrit plusieurs livres dont Femmes, cultures et pouvoir (PUL, 2011), Bacchus en Canada : boissons, buveurs et ivresses en Nouvelle-France (Septentrion, 2010 – finaliste aux World Gourmand Cookbook Awards) et Tabac & fumées (PUL, 2007). Elle collabore régulièrement à divers médias dont Radio-Canada, Historia, le journal Le Devoir ainsi qu’à plusieurs revues québécoises à titre d’historienne et chroniqueuse gastronomique.

Formé à l’Université Laval en histoire et en sociologie Dave Corriveau est un passionné du passé québécois sous toutes ses formes. Ce Beauceron d’origine a publié un article sur l’histoire des petits gâteaux Vachon à l’Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française. Cet ouvrage est sa première publication d’envergure et l’occasion pour lui de contribuer à démystifier une légende qui hante sa famille depuis 250 ans.

 

À propos du livre

Québec, le 15 avril 1763. Marie-Josephte Corriveau est reconnue coupable du meurtre de son mari. Condamnée à mort par pendaison, son corps encagé est exposé à une populaire croisée des chemins à Pointe-Lévy. Celle qu’on appellera désormais la Corriveau va, bien involontairement, entrer dans l’histoire… et la légende.

La Corriveau est un personnage fascinant qui hante la mémoire collective québécoise depuis des générations. Basée sur un fait judiciaire à la tournure tragique, l’histoire de Marie-Josephte Corriveau a été reprise et progressivement déformée jusqu’à devenir l’une des plus célèbres légendes du Québec, au point où il devient difficile de départir le vrai du faux. Pour le meurtre de combien de maris fut-elle condamnée? A-t-elle été placée vivante ou morte dans cette sinistre cage de fer à une intersection passante de la Côte-du-Sud? D’où proviennent les allégations de sorcellerie qui entacheront bientôt sa mémoire?

– 30 –

Renseignements :

Luc Samama, consultant en développement stratégique
Conjoncture affaires publiques
lucsamama@conjonctureaffairespubliques.com
Tél. : 581 741-6190 / Cell. : 418 576-0223

Copie de presse :

Éric Simard, responsable des communications
Éditions du Septentrion
esimard@septentrion.qc.ca
Tél. : 418 688-3556 (228) / Cell. : 418 922-5185

Salle de presse :

https://mariejosephtecorriveau.com/medias

 

Publicités

La Corriveau sur la route

Dave Corriveau, septembre 2014. Photo: Catherine Ferland

Dave Corriveau, septembre 2014. Photo: Catherine Ferland

C’est parti! Pour les prochaines semaines, nous nous promènerons dans plusieurs villes du Québec pour jaser de la Corriveau. Qu’il s’agisse de conférences en bibliothèques, de présentations dans des congrès, de présence dans des salons du livre ou bien de participation à des émissions de radio et de télé, la Corriveau nous permettra assurément de vivre de belles expériences.

Un article de Catherine Ferland, historienne

Comme nous l’avions annoncé dans un billet précédent, Dave et moi aurons le plaisir d’aller présenter notre conférence dans près d’une vingtaine de bibliothèques ou lieux culturels entre septembre et décembre 2014. Si on suppose que de 30-40 personnes sont présentes à chacune de ces occasions, ça signifie que nous livrerons notre «message» historique à plus de 600 personnes d’ici Noël.

Nouveaux ajouts au corpus artistique sur la Corriveau

corriveau-piece-bouille

Fantaisie théâtrale sur la Corriveau par la famille Bouillé, septembre 2014. Photo: Catherine Ferland

Lors de la première conférence de cette série hier soir, à la bibliothèque du Bord de l’eau à Deschambault, nous avons eu l’agréable surprise d’assister à une fantaisie théâtrale orchestrée par une famille de jeunes comédiens, les Bouillé, tous âgés entre 8 et 18 ans.

La pièce, écrite par leur tante (si j’ai bien compris) montre une Marie-Josephte Corriveau aux prises avec un souci administratif (!): doit-elle se rendre au paradis ou en enfer? Une fantaisie très divertissante… et, pour nous historiens, une preuve supplémentaire de la vitalité de cette thématique dans la culture québécoise! Merci, Journées de la Culture, de faciliter la présentation de ce type d’événement.

La Corriveau, toile de Marie-Noël Bouillé, 2014. Photo: Catherine Ferland

La Corriveau, toile de Marie-Noël Bouillé, 2014. Photo: Catherine Ferland

La même soirée, nous avons aussi eu le plaisir de découvrir une toile de l’artiste Marie-Noël Bouillé (oui, une parente des jeunes comédiens!) où la Corriveau est représentée hors de sa cage, mystérieuse et mélancolique. Pour les intéressés, cette artiste est représentée entre autres par la galerie d’art L’espace contemporain. C’est encore là une belle expression de l’importance patrimoniale de la Corriveau dans nos arts visuels.

Parions de nous aurons la chance de découvrir de nouvelles manifestations sur la Corriveau au cours des prochaines semaines, au fil des rencontres avec le public d’un peu partout au Québec!

(Petit rappel au lecteur distrait: la liste de nos conférences de l’automne se trouve ICI.)

Salon du livre de Montréal

Les moments précis ne sont pas encore confirmés, mais qu’à cela ne tienne: Dave et moi serons présents au Salon du livre de Montréal les samedi 22 et dimanche 23 novembre prochains, évidemment dans la foulée de la parution de notre bouquin La Corriveau, de l’histoire à la légende. Merci aux éditions du Septentrion de nous fournir l’occasion d’aller faire un tour dans la métropole.

J’espère que vous viendrez nous voir!

La Corriveau à l’écran

corriveau-etrange-province

L’Étrange province: quand comédiens et spécialistes se rencontrent! Québec, septembre 2014. Photo: Maxime Cormier

Il y a quelques temps, Dave et moi avons été approchés par le réalisateur Rémi Fréchette pour prendre part à une toute nouvelle websérie, L’Étrange province, dédiée aux légendes du Québec. Les «enquêtes» sont menées par un duo de chercheurs du paranormal (incarnés par les comédiens Simon Lacroix et Mathieu Handfield qui parcourent le Québec afin de visiter les lieux d’où proviennent ces légendes ou phénomènes mystérieux.

Dans ces «documenteurs» (car s’ils ont la facture visuelle du documentaire, il s’agit tout de même d’une fiction), les deux animateurs font appel à de vrais spécialistes. C’est à ce titre que nous avons pris part au projet afin de parler de la Corriveau! La série sera diffusée au printemps 2015. Pour en savoir plus, vous pouvez visiter la page facebook du projet!

D’autres projets d’envergure sont également dans l’air pour la Corriveau… mais inutile d’en dire plus pour le moment. On vous tiendra informés lorsque ce sera plus concret! 🙂

… et la cage de la Corriveau?

corriveau-detail-cage

Cage du Peabody Essex Musem lors du dévoilement de presse au Musée de la civilisation, 1er octobre 2013. Photo: Joseph Gagné.

De nombreuses personnes ont suivi avec intérêt la «saga» de la cage de fer retrouvée au Peabody Essex Museum en 2011 par des membres de la Société d’histoire régionale de Lévis. Cette structure métallique a été amenée au Québec et exposée quelques jours à l’automne 2013, puis a pris la direction du Centre national de conservation et d’études des collections (régi par le Musée de la civilisation) pour y être soumise à des expertises.

Le comité scientifique a planché sur le «cas» de la cage au cours des derniers mois. Le résultat de l’analyse combinée de l’histoire, de l’archivistique, de la chimie et des techniques de forge anciennes sera dévoilé au cours de l’automne par le Musée de la civilisation.

Alors… artefact authentique ou contrefaçon? A-t-il été forgé au XIXe siècle afin de répondre à l’engouement pour le fantastique qui prévalait à cette époque? S’il date bien d’un objet façonné au XVIIIe siècle, est-ce vraiment le gibet de la Corriveau? Qu’est-ce que les analyses physicochimique ont révélé? C’est aussi un dossier à suivre!

* * *

La Corriveau nous «habite» depuis déjà un bout de temps, Dave et moi. Après lui avoir consacré un livre, voilà que nous cumulons divers projets afin de permettre aux Québécois d’en apprendre plus sur cette femme, son histoire et sa légende. C’est du bonbon, pour les historiens que nous sommes! Merci à vous tous de nous permettre de vivre tout cela: c’est votre intérêt pour la Corriveau qui rend possible cette diffusion.

Au plaisir de vous croiser cet automne!

Catherine